Accueil Presse   Revue de presse AMMA
  
 
revue de presse 2006

Retrouvez la revue de presse 2006
dans son intégralité ici

Quelques exemples de retombées presse...


23 mars 2006 ARTE :

Niger, un fleuve à la dérive
Article about a video showing the river Niger and the changes it is undergoing due to climatical changes. AMMA scientists explain some of the ongoing phenomenas.
Le site


20 avril 2006 "Actualités News Environnement" :

Campagne AMMA effet des aérosols sur la mousson en Afrique
Lyon,France.
... en 2001 par des chercheurs français, le programme AMMA regroupe aujourd’hui ... Son objectif : mieux connaître les mécanismes de la mousson africaine pour mieux ...

20 avril 2006 Le Nouvel Observateur :

Etudier la mousson africaine
par J. I.
Les observations de la première phase du projet AMMA (Analyse Multidisciplinaire de la Mousson Africaine) ont permis d’étudier l’impact des aérosols sur le bilan radiatif (bilan entre le rayonnement solaire et le rayonnement terrestre émis) en Afrique occidentale, en période sèche, avant le développement de la mousson.
Cliquer pour lire l’article sur le Web

14 juillet 2006 AFP

- AFP Le retard des pluies mena ce le Sahel d’une crise alimentaire

- AFP Les scientifiques veulent comprendre les causes de la sécheresse au Sahel

- AFP Etudier les aérosols pour comprendre l’origine des épidémies de méningite

- AFP Quand la nappe souterraine remonte dans un Sahel assoiffé

15 Juillet 2006 Le Figaro :

Le Sahel attend la saison des pluies
Auteur : Caroline de Malet
Une campagne scientifique internationale tente de comprendre les caprices de la mousson africaine, encore en retard d’un mois cette année.
Cliquer pour lire l’article sur le web
Les interactions planétaires de la mousson africaine

Influencée par la mousson indienne, la température de la Méditerranée et El Niño, la saison des pluies en Afrique a elle-même un impact sur les cyclones tropicaux et la forêt amazonienne.
Cliquer pour lire l’article sur le web
Cliquer pour lire l’article sur le web

16 Juillet 2006 Le Monde (France) :

En mer, sur terre, dans l’air, les climatologues traquent les caprices de la mousson africaine
Par Christiane Galus
Taille de l’article : 732 mots
Extrait : Au Bénin, au Niger et au Mali, le programme international AMMA tente de percer les secrets d’un phénomène vital pour l’Afrique de l’Ouest mais erratique.
Cliquer pour lire l’article sur le web

17 juillet 2006 Actualités News Environnement (France) :

AMMA pour comprendre la mousson en Afrique de l’ouest
Par Pierre Melquiot
Seconde campagne d’AMMA, la communauté scientifique mobilisée en Afrique de l’ouest pour l’étude de la mousson. La mousson en Afrique ou pourquoi d’un côté il y a la végétation luxuriante et les fortes pluies du Bénin, et de l’autre, la sécheresse et le paysage sahélien du Niger. Les différences climatiques et végétales entre ces deux pays sont très importantes bien qu’ils dépendent tous deux de la mousson.
Cliquer pour lire l’article sur le web

28 juillet 2006 La Croix :

Les scientifiques auscultent la Mousson Africaine
La campagne internationale Amma tente de comprendre les mécanismes de la saison des pluies
L’article

Diffusé le 29 juillet 2006 RFI : Microméga :

Reportage sur la mousson africaine
Présenté par Jean-Yves Casgha et Christian Sotty
RFI


02 août 2006 US-INFO.State.gov :

La NASA va enquêter en Afrique sur l’origine des cyclones
La mission se déroulera du 15 août au 15 septembre.
Auteur : Cheryl Pellerin, rédactrice du " Washington File "
Washington - Des scientifiques de la NASA, de l’Administration nationale des études océaniques et atmosphériques (NOAA), de diverses universités et d’organismes internationaux préparent actuellement une mission pour étudier comment les poussières et les vents africains influencent la formation des cyclones dans l’océan Atlantique.
Cette mission, qui s’inscrira dans le cadre d’un projet international appelé Analyses multidisciplinaires de la mousson africaine (AMMA), se déroulera du 15 août à la mi-septembre dans les îles du Cap-Vert, à quelque 560 kilomètres des côtes du Sénégal en Afrique de l’Ouest.
Cliquer pour lire l’article sur le web

3 Août 2006 Nature, Volume 442/3 :

Meteorologists pour into West Africa
Auteur : Jim Gilles
The equipment list is impressive : several hundred researchers, five satellites and six research aircraft, including a converted Russian spy plane. In an unprecedented study of African weather patterns, atmospheric scientists from around the world have decamped this summer to the west of the continent. Their goal is to deliver the first truly useful forecasts of the region’s violent monsoon storms. If successful, the €50-million (US$64-million) African Monsoon Multidisciplinary Analysis (AMMA) project will spawn hundreds of research papers and reshape thinking on west Africa’s climate. But it should also help west Africans to cope with the destabilizing effects of unpredictable storms....
Pour télécharger cet article depuis le site de Nature

3 Août 2006 Walf Fadjiri (Sénégal) :

POURQUOI L’HIVERNAGE A ETE TARDIF CETTE ANNEE
par Issa NIANG
Une mousson très forte sur l’Inde avait bloqué toute la convection sur l’Océan Indien. C’est sans doute l’une des raisons qui font que la mousson africaine a été cette année très en retard, selon Jean Luc Rédelsperger, coordonnateur scientifique du programme Amma au niveau international. En tout cas, les zones d’eaux froides océaniques qui apparaissent en général fin juin dans le Golfe de Guinée, ont accusé cette fois-ci un retard dans le phénomène d’upwelling. Ces eaux permettent d’augmenter le contraste de température entre le continent et les océans, et donc d’accélérer la mousson. Ces remontées d’eaux froides ont accusé un énorme retard cette année, par rapport à 2005 qui était en moyenne une très bonne saison des pluies. Il s’y ajoute que la dépression thermique au-dessus du Sahara n’est pas bien en place cette année, elle est plutôt influencée par ce qui arrive vers le Nord. Même la mer Méditerranée a une influence sur cette dépression thermique.
Cliquer pour lire l’article sur le web

4 Août 2006 Science,

Waiting for the monsoon
Auteur : Catherine Brahic
MALBOROU, NIGER-On a hot afternoon in July, a chanting, dancing, drumming crowd has formed on the main road that crosses the village, half an hour’s drive north of the border with Benin. The villagers have begun the rain dance. They want to bring on the monsoon that drenches the earth every year from June to August ; it’s now several weeks late. The millet crop needs 3 months to ripen, and time is running out for planting the seed....
volume 313, page 608/609
Cet article est téléchargeable sur le site de Science

9 Août 2006 Faso.net (Burkina Faso)

par S. Nadoun COULIBALY
Le programme Analyse multidisciplinaire de la mousson africaine (AMMA) a lancé, la mardi 08 août dans la matinée à Ouagadougou sa campagne de mesures en altitude au Burkina Faso. Environ 79 scientifiques prennent part à cette opération.
Alors qu’une fine pluie s’abattait, mardi matin sur Ouagadougou, une équipe scientifique internationale lançait à la Base 511 de l’aéroport de la capitale, une campagne de mesures en altitude. Cette opération entre dans le cadre des activités du programme Analyse multidisciplinaire de la mousson africaine (AMMA). La campagne de mesures de la mousson va durer environ 3 semaines.
Cliquer pour lire l’article sur le web

11 Août 2006 L’Express (France) :

La mousson fait des siennes
par Marion Festraëts
Si, au Niger, le début de la saison sèche est immuable, l’arrivée des pluies est de plus en plus capricieuse, et donc difficile à prévoir. Une catastrophe pour les populations, qui voient leurs récoltes détruites.
Quand la pluie tombe enfin, il faut planter un bâton dans le sol nu. Si l’eau a pénétré la couche de sable rouge sur au moins 15 centimètres, alors c’est bon : on peut semer le mil. Et prier pour que vienne la mousson. Ce geste, les paysans du Niger l’ont répété deux, trois ou cinq fois cet été. Jusqu’à l’épuisement des semis. Des semaines entières, ils ont espéré les énormes nuées caractéristiques des « lignes de grains », ces systèmes orageux qui peuvent atteindre 1 000 kilomètres de longueur et pilonner une région entière sur un front de 150 kilomètres. En vain.
Cliquer pour lire l’article sur le web


Septembre 2006 Sciences et avenir, Pages 62 à 67 :

A la poursuite de la mousson africaine
Auteur : Frank Jubelin
Au Mali, au Niger, au Bénin, les pluies sont source de vie. Reportage en Afrique de l’Ouest, où le programme international AMMA étudie la mousson pour mieux la maitriser.
A peine le ballon météo lâché depuis le tarmac de l’aéroport international de Cotonou a-t-il pris son envol, que la pluie drue semble redoubler d’intensité. La mousson d’Afrique est bel et bien là ! Le crépitement des gouttes sur la tôle ondulée du hangar qui abrite la station du CNES (Centre national d’études spatiales) empêche désormais toue discussion. C’est l’heure du grand départ : comme ce ballon, nous allons remonter, sur plus de 1 000 kilomètres, le parcours saisonnier du flux de mousson qui va du grand port béninois implanté au nord du golfe de Guinée jusqu’à Niamey, capitale du Niger et du Sahel.
Cliquer pour lire l’article sur le Web

© Sedoo Webmaster 352710 visites